folder Filed in Je t'apprends trop de truc
De l'art de synchroniser Twitter, Google Reader et son blog. Ah oui, et Facebook aussi.
Sylvain comment 4 Comments

Vous n’êtes pas sans ignorer que je suis constamment à la recherche de la synchronisation ultime. J’ai récemment essayé (vous vous en êtes rendu compte) de synchroniser les réseaux sociaux et outils de veille que j’utilise (bon, juste Google Reader, c’est bon, c’est déjà pas mal). En plus, j’avais promis de vous parler un peu plus des fonctionnalités de ce dernier, même si je l’ai un peu fait dans le truc sur Google Buzz.

Etape 1 : Configuration

Je vais pas revenir sur comment organiser ses flux RSS, je rajouterai juste ceci : mieux que de suivre un blog ou le flux twitter d’un type, suivez le type en question directement sur Google Reader. Mettons que je fasse une veille sur le « digital planning », je vais faire ça :

Grâce à l’outil intégré, je cherche des types à partir de mot-clef et je décide de les suivre après avoir consulté leur photo profil. En plus, avec l’intégration dans le profil de Google Buzz, on peut désormais avoir un petit aperçu de ce qu’ils partagent. Fantastique.

Deuxième chose, le snipplet « Note in Reader », c’est la base de tout.

En faisant glisser ce petit bouton dans votre barre de favoris, vous pourrez partager n’importe quelle page dans votre liste de partage Google Reader (c’est exactement le même bouton qui est utilisé en fin de post pour « partager sur GBuzz »). Quel intérêt allez vous me dire, personne ne la lit ma liste, et tout le monde délaisse Google Buzz. Alors je vous répondrai que vous êtes impatients, monsieurdame.

Etape 2 : Synchronisation des montres

Ici on détaille comment synchroniser cette liste de partage  avec Twitter et Facebook.

Pour Twitter, rien de compliqué : il suffit d’utiliser Reader2Tweet

On s’identifie avec Twitter OAuth, on renseigne son ID Google Reader (ils expliquent très bien comment faire), on fout son API bit.ly si on veut tracker les clics (si on ne met rien, l’appli utilise goo.gl comme raccourcisseur, ce qui est très bien aussi) et on définit le format du tweet.

Important, si on veut synchro avec Facebook, on met le hashtag #fb à la fin, on voit pourquoi après.

Et voilà, à chaque fois que vous utiliserez le « Share With Note » (c’est à dire à la fin de vos flux RSS, dans Google Reader) ou le « Note In Reader » (à partir de n’importe quelle page web), l’appli tweetera votre commentaire. Youpi !

Pour Facebook, on synchronise indirectement, puisque le réseau social bleu récupèrera seulement certains tweets du réseau social vert (c’est pour éviter les répétitions, je joue avec les couleurs, je suis un fou) grâce à SelectiveTwitter. Attendez je vous fait un schéma :

cc Jean-René Craypion

Voilà, il nous reste quoi ?

Etape 3 : Le blog

Le blog donc. Hum. C’est plus galère, je vous avoue. Puis ça dépend de vos envies. Si vous voulez juste l’afficher dans la Sidebar, tournez vous vers la méthode décrite ici (proposée par Google Reader itself). Sur paperboyz, j’ai opté pour un post hebdomadaire semi-automatisé grâce à ce plugin.

Pourquoi semi-automatisé ? Parce que je suis obligé de le lancer manuellement chaque semaine, même s’il me récupère les partage automatiquement, et il ne prend pas en charge la miniature, ce qui est normal.

Bref je me suis rendu compte qu’à cause de mon thème, le SharedItems2WP devenait vite envahissant pour mon blog, j’hésite donc à poursuivre son utilisation. Mais peut-être que votre situation est tout autre, et que vous en ferez une meilleure utilisation que moi.

Et voilà, grâce à toutes ces petites astuces, nous faisons un pas de plus vers la connexion de nos cerveaux, ce qui, je l’ai déjà dit, me fait jouir.

facebook google reader note in reader reader2twitter selectivetwitter share with note sync twitter wordpress

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire

  1. @roukho J’ai essayé avec Twitterfeed, le problème c’est qu’il récupère en paquet toutes les demi-heure (et desfois ça chie). Là, c’est du PushHubMachinTrucLa, cad que c’est temps réel.

    Mais c’est vrai que le hashtag est un peu relou.